Recherche/Education/Conservation > Réserve Naturelle de Lamandau


Réserve Naturelle de Lamandau

 

740592-471305-thumbnail.jpg
Vers la liberté
La Réserve Naturelle de Lamandau a été désignée comme site de réintroduction officiel des orangs-outans en 1997. C'est une ancienne concession d'exploitation forestière qui comprend essentiellement de la forêt marécageuse. L'OFI y possède deux camps, le Camp Siswoyo et le Camp JL, tous deux situés sur la partie Est de la Réserve, près de Pangkalan Bun et de Pasir Pajang.

Le personnel permanent de Lamandau est régulièrement assisté du personnel du Centre de Soins et Quarantaine (CSQ).
En 2003, 31 orangs-outans ont été relâchés dans les deux camps et deux bébés de femelles orangs-outans ex-captives y sont nés. Chaque orang-outan relâché est suivi pendant 2 semaines pour s'assurer de sa bonne adaptation à son nouvel environnement.

740592-471326-thumbnail.jpg
Durant la saison sèche, les assistants de l'OFI doivent pousser leur embarcation au travers des bois coupés illégalement pour atteindre le Camp JL par la rivière
Malheureusement, l'exploitation illégale forestière y sévit de la même façon que dans le Parc National de Tanjung Puting (PNTP), menaçant l'intégrité de la Réserve. 

740592-471328-thumbnail.jpg
100 mètres, à peine, séparent les bûcherons illégaux du Camp JL
En 2003, un grand nombre de bûcherons illégaux, apparemment évincés du PNTP, sévissaient à Lamandau. Ils créaient de nouvelles voies d'accès à la Réserve à une vitesse effrayante. Cette tragédie, accentuée par le fait que les bûcherons coupaient des arbres souvent petits et de moindre qualité, utilisés localement comme matériau de construction et leur fournissant un bénéfice médiocre, avait de grands effets ravageurs sur le site et pouvait mener à des dommages irréversibles dans certaines parties de la Réserve.
Cela nécessita du temps, des efforts et des ressources financières pour règler le problème et évincer les bûcherons grâce aux patrouilles policières. Durant un mois, l'OFI et l'OFI UK aidèrent les forces de l'ordre à chasser les 60 bûcherons illégaux en place.

740592-471332-thumbnail.jpg
Exploitation illégale du bois
Cette action mena à des situations tendues et les bûcherons tentèrent de barricader l'embouchure de la rivière. Finalement, la police négocia leur départ, leur rappelant que leur présence était illégale mais qu'ils ne seraient pas arrêtés.


740592-471336-thumbnail.jpg
Poste de garde à l'embouchure de la rivière
A la fin du mois, en coopération avec le département forestier dont dépend la Réserve Naturelle de Lamandau, un poste de garde fût construit à l'embouchure de la rivière. Ce poste est surveillé par des gardes-forestiers, policiers et membres du personnel de l'OFI. Cela devrait prévenir la venue d'autres exploitants forestiers illégaux et permettre à l'OFI de se concentrer sur ses programmes de réintroduction des orangs-outans.

Depuis, la Fondation projette de construire un troisième camp à Lamandau et d'augmenter ainsi le nombre de relâches, afin de diminuer la population d'orangs-outans au Centre de Soins et Quarantaine (CSQ).

740592-471350-thumbnail.jpg
Relâche d'orangs-outans à Lamandau
740592-471345-thumbnail.jpg
Relâche d'orangs-outans à Lamandau740592-471363-thumbnail.jpg
Retour vers la forêt

Aujourd'hui, plus d'une centaine d'orangs-outans ont été remis en liberté dans la Réserve Naturelle de Lamandau.

C'est grâce au travail acharné du Dr Biruté Galdikas, du personnel de l'OFI, des Groupes Internationaux et des volontaires que les orangs-outans sont réintroduits avec succès dans leur environnement naturel. Sans les fonds et les aides apportés par chacun, l'OFI ne pourrait intervenir sur la conservation des orangs-outans et leur environnement.

Aidez-nous !