Accueil > Actualités


Actualités

 

 

 


 

    •    Volontariat de construction 2017


Le programme de volontariat à court terme de l’OFI : le volontariat de construction


L’Orangutan Foundation International (OFI) offre des possibilités de volontariat pour des individus qui ont envie de participer concrètement à la sauvegarde de la biodiversité de la forêt de Bornéo, l’une des plus anciennes et riches au monde. L’OFI a besoin de vous pour maintenir en l’état et développer ses infrastructures : il se pourrait que vous construisiez une passerelle, un enclos, un terrain de jeu pour les bébés orangs-outans ou encore d’autres projets dans le but d’aider l’OFI à continuer son travail de sauvegarde des orangs-outans dans la forêt tropicale.
Les volontaires mènent des projets qui font significativement avancer nos actions sur le terrain. Le programme de volontariat de construction a vu le jour parce que des individus soucieux du sort des orangs-outans et de la forêt ont demandé de pouvoir participer directement d’une manière ou d’une autre à leur protection. Nous voulons croire qu’ensemble, nous pouvons assurer que les orangs-outans sauvages ne disparaissent pas de notre vivant.
 
Dates pour 2017

Première équipe : 28 mai- 17 juin
Deuxième équipe : 2 juillet- 22 juillet
Troisième équipe : 6 août-26 août

Chaque volontariat dure environ 3 semaines. Le coût de la participation à ce volontariat est de 1.275 $ (environ 1.205 €) et doit être payé dès la validation de l’inscription en cliquant sur le lien plus bas. Ce paiement est non-remboursable et c’est ce qui garantit votre place dans l’équipe.

Soyez prêts à :

    •    Travailler pendant trois semaines dans un environnement chaud et humide.
    •    Côtoyer des insectes et occasionnellement des serpents venimeux.
    •    Vivre dans un endroit coupé du monde, sans eau courante et avec des toilettes et douche rudimentaires.
    •    Potentiellement dormir au milieu de la forêt dans des abris provisoires.
    •    Manger local (du riz trois fois par jour, avec des légumes et quand c’est possible du tofu, des œufs, du poulet ou du poisson).
    •    Participer à la construction : porter, scier, clouer, etc. Il vous sera demandé de porter de lourdes charges.

Le volontariat aura lieu dans l’un des sites suivants* :
    1.    A l’Orangutan Care Center and Quarantine (le centre de soins et quarantaine pour les orangs-outans)
    2.    Dans le village dayak de Pasir Panjang
    3.    A Camp Leakey
    4.    Dans l’un des postes de garde dans les forêts protégées
    5.    Dans l’un des sites reculés de remise en liberté des orangs-outans
    6.    Ou dans d’autres sites à déterminer
*Les projets seront confirmés plus tard dans l’année et répondront aux besoins spécifiques du moment.

Une journée typique de volontariat :

07.00- 08.00 : petit déjeuner
08.00 : début du travail
12.00 : repas de midi
13.00 : reprise du travail
17.00 : fin du travail, douche
19.00 : repas du soir
19.30 : retour en groupe sur le travail de la journée et plans pour le jour suivant
21.00 : lit (chacun à son rythme)

Quelles sont les conditions pour participer à notre programme de volontariat ?

    •    Nous n’attendons pas de vous que vous ayez de l’expérience de terrain, par contre, nous avons besoin de votre désir d’aider, d’un intérêt sincère pour la conservation de la forêt et la survie des orangs-outans, d’une volonté de travailler dur et d’une passion pour le travail de l’OFI !
    •    Vous devrez travailler environ 8 heures par jour, avec un jour de repos le dimanche. Il est important de ne pas considérer ce volontariat comme des vacances.
    •    Vous devez être membre de l’Orangutan Foundation International.
    •    Vous devez avoir plus de 18 ans.
    •    Vous devez être en bonne condition physique et prêts à du travail manuel dans un climat chaud et humide, avec des insectes et autres désagréments ainsi que certains dangers (comme, occasionnellement, un serpent venimeux).
    •    Vous devez aussi être conscients que parmi les maladies endémiques de Bornéo, on retrouve les maladies tropicales telles que la malaria, la dengue, le typhus, l’hépatite, etc.

Comment s’inscrire ?
    •    Remplissez le formulaire d’inscription sur le site de l’OFI : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLScZJdBeY3m3exVFdlA9KMdvvcUWavl5EavKDk8FDWA4HfKstQ/viewform
    •    Devenez membre de l’OFI. https://orangutan.org/product-category/membership-program/
    •    Envoyez-nous la preuve de votre adhésion, votre CV et lettre de motivation, à l’adresse suivante : ofi.volunteerteams@gmail.com
    •    Si votre inscription est retenue, vous passerez un entretien par skype ou téléphone.

Procédure d’inscription

Toutes les inscriptions seront prises en compte. Une fois que nous avons reçus les formulaires d’inscription, les CV et lettres de motivation, nous prévoyons un entretien téléphonique. Vous serez contacté par l’un de nos coordinateurs pour prévoir une date pour cet entretien, généralement dans les semaines qui suivent l’inscription. Veuillez garder en tête que nos coordinateurs sont eux-mêmes volontaires et soyez patients en cas de délai.
Après l’entretien, si vous êtes accepté, vous recevrez la lettre d’acceptation et vous devrez payer les frais de participation afin de réserver votre place dans l’équipe de votre choix. Ce paiement est remboursable jusqu’à six mois avant le départ.
Une fois que vous aurez payé les frais, vous recevrez le contrat de volontariat et le manuel du programme. Ce manuel comprend des informations sur Bornéo, l’Indonésie, une liste de choses à emporter et des informations sur le programme de volontariat et la communauté locale.

Ce que le paiement inclut :

Le logement, les repas (matin, midi, soir), le matériel nécessaire au projet, l’équipe locale qui accompagne les volontaires ainsi que les déplacements depuis et vers le lieu du programme et l’aéroport.

Ce que le paiement n’inclut pas :
Les snacks, la lessive et toute activité en dehors du volontariat. Les trajets internationaux et nationaux ne sont pas non plus pris en charge. Les billets d’avion que vous achèterez devront avoir comme destination finale Pangkalan Bun, Kalimantan Tengah (Bornéo, Indonésie). Le paiement n’inclut pas non plus l’entrée dans le Parc National pour visiter Camp Leakey pendant trois jours à la fin du projet.
Les volontaires sont responsables de leurs vaccins et il est recommandé d’emporter des médicaments anti-malaria ainsi que d’autres médicaments contre les maladies fréquemment rencontrées telles que la diarrhée, etc. L’OFI n’acceptera pas les candidats sans preuve valide de vaccin contre les maladies suivantes : tétanos, hépatite A et B, typhoïde et éventuellement d’autres, selon le niveau d’alerte du moment. Nous demandons aussi des résultats de test négatifs pour la tuberculose, pour des raisons de sécurité et pour la santé des orangs-outans.
 

 


  • "BORN TO BE WILD" à la Géode


    Born To Be Wild est un hommage au dévouement incroyable de deux femmes hors du commun. Au cours d’un voyage au coeur des forêts tropicales luxuriantes et humides de Bornéo jusqu’à la savane du Kenya, partagez le quotidien captivant d’orphelinats très particuliers.

    Aux côtés du Dr Galdikas, du Dr Sheldrick et de leurs équipes, découvrez les soins, la patience et l’affection qu’exigent les éléphanteaux et les petits orangs-outans. Des scènes de jeux cocasses aux séquences plus sérieuses de l’apprentissage de l’autonomie, assistez avec enthousiasme aux progrès qui vont permettre à ces animaux attachants de réintégrer leur habitat sauvage.

    Une nouvelle génération de caméra grand format a permis de filmer les animaux au plus près, notamment lors des instants tant attendus et très émouvants de leurs premiers contacts avec la liberté.

    Ce film pour enfants est un bon divertissement familial qui va ravir petits et grands.
    Born to be wild : meilleur film grand format 2011
« Born to be wild » a reçu le prix du meilleur film grand format 2011, le 21 septembre, lors de la convention du Giant Screen Cinema Association.

    http://www.lageode.fr/programme/imax/borntobewild/

  •   Manifeste pour les grands singes et la nature


    Les forêts tropicales disparaissent à un rythme effréné et avec elles les dernières populations de grands singes. Tous les spécialistes sont unanimes : si nous n’entreprenons rien, gorilles, chimpanzés et bonobos auront disparu d’ici le milieu du 21e siècle. Pour les orangs-outans la situation est encore plus dramatique ; dans vingt ans ceux-ci pourraient bien ne plus vivre que dans des zoos.

    Il est aujourd’hui urgent de se mobiliser pour stopper cet Ecocide ! Sauver les grands singes, c’est sauver les forêts tropicales, un écosystème essentiel pour la planète. La disparition à grande échelle de ces forêts, résultant d’une exploitation effrénée et sans aucune limite, met en péril non seulement la survie de cet écosystème et de sa biodiversité associée, mais aussi celle des peuples indigènes en dépendant et pose de graves problèmes environnementaux. La déforestation est aujourd’hui une cause majeure d’émission de gaz à effet de serre et donc du réchauffement climatique. La disparition de la forêt tropicale sera immanquablement le prélude à celle d’Homo sapiens sapiens, l’Homme moderne. Le temps est venu de réagir et d’agir … avant qu’il ne soit trop tard !

    Nous, citoyens de la Terre, demandons à nos gouvernements et aux instances internationales d’accepter comme devoir suprême de sauvegarder et protéger les primates et de tout mettre en œuvre pour

  • Exiger une gestion durable et respectueuse de l’environnement des forêts tropicales, habitats des grands singes
  • Interdire toute importation de bois tropicaux non reconnus comme provenant d’un commerce respectueux de l’environnement répondant aux critères établi par la certification FSC
  • Contribuer à la mise en place d’exploitation de ressources minières (or, pétrole, diamant, coltan, fer…) respectueuses de l’environnement et des populations locales
  • Faire cesser le braconnage de grands singes ainsi que le trafic de «viande de brousse» associé et celui de jeunes individus vendus comme «animaux de compagnie»
  • Réaliser des contrôles sévères afin de respecter les points 2, 3 et 4 de ce manifeste auprès des entreprises travaillant en zone tropicale, notamment celles dont le siège social est établi dans nos pays occidentaux respectifs
  • Engager des moyens financiers importants pour la mise en application des clauses 1. à 5., en développant notamment des projets de gestion durable avec les populations locales.

Neuchâtel (Suisse), 4.4.2008

    Source Manifesto for Apes and Nature (mAn)


  •   L'Onu s'alarme pour les orangs-outans de Sumatra et de Bornéo


    lundi 11 juin 2007, 5:21 LA HAYE (Reuters)
    Le déboisement illégal risque de détruire d'ici dix ans les derniers sanctuaires des orangs-outans sur les îles indonésiennes de Bornéo et de Sumatra, selon un rapport des Nations unies rendu public lundi à La Haye.
    "L'Indonésie ne peut pas et ne doit pas être abandonnée à elle-même face à une telle situation", a déclaré dans un communiqué Achim Steiner, directeur du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), en dénonçant également le commerce illégal des espèces animales.
    "Il est tout à fait clair qu'il existe un trafic très organisé de commerce illégal des orangs-outans", a renchéri Willem Wijnstekers, secrétaire général de la Convention sur le commerce international des espèces menacées (CITES), qui organise jusqu'au 15 juin une conférence dans la capitale néerlandaise.
    Des centaines d'orangs-outans ont été clandestinement exportés d'Indonésie ces dernières années. Des jeunes ont été retrouvés dans des zoos en Thaïlande et au Cambodge.
    Pour sa part, le commerce clandestin du bois, qui contribue à la destruction des forêts indonésiennes, profite essentiellement au marché chinois, mais également à ceux du Japon, de l'Union européenne et des Etats-Unis, selon le PNUE.
    "Selon les images des satellites et les données du gouvernement indonésien, la déforestation illégale touche 37 des 41 parcs nationaux (indonésiens) et pourrait détruire l'habitat des orangs-outans d'ici une décennie", ajoute l'organisme onusien, qui était moins pessimiste en février et avançait la date de 2022.
    Le PNUE estime à entre 45.000 et 69.000 le nombre d'orangs-outans à Bornéo et à 7.300 ceux qui vivent à Sumatra.
    Source Reuters

  •   La survie des orangs-outans est compromise par l'accélération de la déforestation en Asie


    Nairobi, 6 février 2007 - Les forêts tropicales de l'Asie du Sud-est, dernier refuge des orangs-outans, disparaissent beaucoup plus rapidement qu'initialement prévu par les experts, selon un nouveau rapport du Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE).
    Lire la suite ...

  • Incendies en Indonésie : écoles fermées et avions perturbés

  • AFP 05.10.06 | 11h40

    Des centaines d'écoles ont été fermées jeudi et le trafic aérien était perturbé dans les îles de Sumatra et de Bornéo en Indonésie à cause des fumées provoquées par des centaines de feux de forêts, ont annoncé des responsables.
    Plus de 950 foyers d'incendie ont été relevés seulement dans la région du Kalimantan, la partie indonésienne de Bornéo, selon des images satellite.
    "Le gouverneur a ordonné la fermeture de toutes les écoles, de la maternelle jusqu'au lycée, d'aujourd'hui jusqu'à lundi", a déclaré Emmy Putrimas, une responsable de la province de Kalimantan Ouest.
    Sur l'île de Sumatra, dans la province de Jambi, la visibilité a chuté à 100 mètres au lever du jour, a indiqué Muslim, un responsable du service local de météorologie.
    "Les vols arrivant ou partant de l'aéroport de Jambi ont tous été retardés ces derniers jours et le premier vol décolle ou atterrit vers 11H00", a-t-il expliqué.
    Chaque année à la saison sèche, les agriculteurs et les exploitants forestiers en Indonésie défrichent et préparent des terrains pour les cultures en y mettant le feu. Cette pratique des brûlis, interdite par la loi, est fréquente à Sumatra et à Kalimantan (partie indonésienne de Bornéo).


  • Selon le World Resources Institute, 80 % de la couverture forestière mondiale originelle ont été abattus ou dégradés, pour la plupart au cours des trente dernières années.